Eunice Jones

Le Sang de la Sorcière

Illustration © Elena « Hellstern »

« Tu es un sorcier et tu n’as pas le moindre scrupule à utiliser tes pouvoirs à des desseins néfastes et égoïstes. Mais le pire, c’est que tu n’as jamais réalisé le poids du péché que tu portes. Tu n’as jamais rien fait pour te repentir. C’est impardonnable… »

Eunice Jones est un cas particulier comme bien d’autres parmi les agents de l’Inquisition. La jeune femme fut objet de controverses pour les autorités ecclésiastiques dès que l’Église découvrit son existence en raison de la nature de ses pouvoirs.

Alors qu’elle n’était qu’un bébé, Eunice fut abandonnée sur les marches d’un monastère. Personne ne savait qui étaient ses parents mais l’abbé qui la découvrit soupçonnait qu’elle était née d’une union adultère et que sa mère avait sûrement caché sa grossesse avant d’enfanter et de l’abandonner pour éviter tout déshonneur. Eunice fut alors confiée à un orphelinat religieux où elle devait vivre jusqu’à ce qu’elle soit adoptée ou qu’elle atteigne l’âge adulte. Mais son destin prit un tour inattendu quand l’enfant manifesta des pouvoir surnaturels : elle pouvait par exemple faire crépiter l’air ou faire apparaître des étincelles d’électricité. Il n’en fallut pas plus pour que son cas soit rapporté à l’inquisition et que des agents viennent la chercher le jour même.

Les lourdes portes de l’Inquisition se refermèrent derrière la jeune fille alors âgée de cinq ans. Elle ne reverrait plus le monde extérieur avant d’achever sa formation. C’est donc sous la tutelle d’anciens inquisiteurs que commença sa nouvelle vie et elle était dorénavant destinée à devenir une inquisitrice au service du treizième cardinal et de l’Église d’Abel. Cependant, la nature de ses pouvoirs inquiétèrent rapidement ses instructeurs : ces derniers évoluaient sans aucun effort, sans aucune dévotion religieuse. D’ordinaire (si un tel terme est approprié pour parler des agents de l’Inquisition) les futurs inquisiteurs doivent s’entraîner durement avec une dévotion religieuse qui évolue parfois en fanatisme. Par exemple, les apprentis qui possèdent des pouvoirs magiques doivent faire des études mystiques et religieuses assidues pour mieux maîtriser et développer leurs pouvoirs. Quand ils lancent des sorts destinés à contrecarrer les forces des ténèbres, ils doivent incanter en récitant des prières. Quant à ceux qui apprennent le maniement des armes et le contrôle du Ki, ils passent par un entraînement rigoureux qui demande beaucoup de discipline et de dévotion. Les longues séances d’entraînement peuvent être considérées comme une offrande au Très-Haut pour devenir en échange un inquisiteur accompli, un glaive pour protéger l’humanité contre les forces obscures. En revanche, Eunice n’avait besoin ni d’entraînement ni de piété pour utiliser ses pouvoirs qui se manifestaient par un simple effort de volonté. Sans dévotion, sans prière et sans que les instructeurs ne puissent les contrôler ou les brider.

Le fait que la jeune Eunice pouvait utiliser librement ses pouvoirs sans ferveur religieuse inquiéta l’Inquisition. On s’interrogea sur la nature de ses pouvoirs qui ne cadraient pas avec ceux auxquels les instructeurs étaient habitués. C’est à ce moment là que le surnom « sang de sorcière » fut prononcé pour la première fois : certains ecclésiastiques avancèrent l’idée qu’Eunice était l’enfant d’une sorcière malfaisante ayant pactisé avec les démons pour obtenir ses pouvoirs magiques, et les capacités étranges de l’enfant seraient une conséquence de ce pacte impie. Ces mêmes personnes affirmèrent que les pouvoirs de l’enfant n’étaient en aucun cas un don divin et que la jeune fille devait immédiatement être retirée des rangs de l’Inquisition pour être envoyée au bûcher comme n’importe quel autre sataniste. D’autres ecclésiastiques arguèrent qu’il fallait au contraire s’abstenir d’un jugement hâtif et laisser à la jeune Eunice le temps de faire ses preuves avant de la condamner, d’autant plus que l’Inquisition, dans sa mission contre les ténèbres, ne pouvait certainement pas laisser filer un potentiel pareil.

Finalement, les autorités de l’Église et de l’Inquisition se mirent d’accord pour appliquer un plan un peu particulier : si les pouvoirs de la jeune Eunice ne nécessitaient aucune piété ni aucune dévotion religieuse, l’Église y remédierait grâce à un élément subtil : la culpabilité. C’est à partir de ce jour qu’Eunice fut traitée comme une fille d’hérétique : on lui révéla que les autorités religieuses avaient finalement déterminé que ses pouvoirs n’étaient aucunement d’origine divine. Sa mère, qui l’avait abandonnée à la naissance, était assurément une sorcière. Et les péchés des parents retombent sur les enfants… On lui inculqua donc qu’un sang maudit coulait dans ses veines et que son âme était destinée à rejoindre l’enfer après la mort… à moins que son repentir ne soit sincère, auquel cas son âme serait alors sauvée par le pouvoir du Christ. Mais pour ça, elle devrait continuellement expier ses péchés ainsi que ceux de sa mère et préserver son âme de la tentation du pouvoir. Le piège se referma alors sur Eunice et la jeune fille dut se réfugier dans une ferveur coupable, par crainte du châtiment divin et des flammes de l’enfer.

Depuis ce moment, la vie d’Eunice se mit à ressembler au purgatoire. Elle apprit à détester beaucoup de choses comme sa mère qu’elle n’a jamais connue, ou ses pouvoirs surnaturels et ce qu’ils représentaient. Mais en fin de compte c’est elle-même qu’elle déteste le plus : on lui a inculqué que son existence était méprisable et rien que pour le tort d’être née, elle devait se racheter. Le surnom de « sang de sorcière » lui a collé à la peau pour ne plus jamais la lâcher car c’est ainsi que beaucoup de personnes la désignent dans les couloirs de l’Inquisition, et mêmes ses camarades de formation la méprisent ouvertement ou bien la considèrent avec méfiance. Pour s’assurer qu’elle ne dévie pas du droit chemin, Eunice se vit assigner un directeur de conscience : le père Romualdo, un prêtre qui recueille régulièrement ses confessions. Eunice apprécie beaucoup ses séances avec le père Romualdo qu’elle vénère religieusement car ce dernier fait figure de guide spirituel pour elle, et c’est grâce à lui qu’elle sait si elle agit en bonne chrétienne ou non. Grâce à ses conseils, elle a su préserver son cœur du mal et continuer à expier le péché qu’elle porte en elle. Pour elle, le prêtre représente la barrière qui empêche son âme de basculer en enfer. Ce qu’elle ignore par contre, c’est que sous son air aimable et sa voix chaleureuse, le cœur du prêtre est froid comme la glace : il la méprise comme la sorcière qu’elle est. Après chacune de leurs séances au confessionnal, le prêtre rédige un rapport qu’il envoie à sa hiérarchie. Romualdo est convaincu que tôt ou tard, Eunice succombera à son sang et assumera sa nature de sorcière. C’est pourquoi il prend son travail très à cœur et tâche soigneusement d’avoir sa confiance afin de voir venir à temps l’inévitable désastre et de pouvoir l’envoyer au bûcher avant que cela ne se produise.

À présent, Eunice est une jeune femme de vingt-sept ans qui a tout donné à l’Église : sa vie, sa loyauté et ses pouvoirs surnaturels. Elle a passé avec brio l’épreuve qui termine la formation des inquisiteurs et donne toujours le meilleur d’elle-même dans son travail. Elle est convaincue qu’en combattant les sorciers, les hérétiques et les forces des ténèbres, elle pourra racheter son âme. Grâce à ses pouvoirs, elle peut contrôler l’électricité et le magnétisme. Elle peut électrocuter ses ennemis ou déplacer des objets métalliques par exemple. Mais si Eunice est une inquisitrice compétente, elle n’est pas exactement du genre à imposer son autorité ou à commander aux gens : elle est très introvertie et le sentiment de culpabilité que ses instructeurs en cultivé en elle lui a conféré une personnalité un peu lugubre. Pour cette raison, elle fut assignée comme coéquipière à l’inquisiteur Chald Lundbergh avec qui elle travaille le mieux. Ensemble le duo a acquis une efficacité redoutable et très rares sont les équipes d’inquisiteurs qui atteignent une telle synergie. D’ailleurs, Chald doit être la personne à qui Eunice fait le plus confiance, juste après le père Romualdo évidemment.

* * *

Fiche de jeu

Nom : Eunice Jones
Rang : Haute Inquisitrice
Lieu de naissance : le Domaine
Âge : 27 ans
Style de combat : pouvoirs psychiques d’électromagnétisme
Ethnie : Asher
Taille : 1m63
Poids : 43 kg
Hobbies : prier
Ce qu’elle apprécie le plus : le père Romualdo
Ce qu’elle déteste le plus : les forces surnaturelles et son propre sang de sorcière

* * *

Niveau : 6
Points de Vie : 115
Classe : mentaliste

Agi : 7 Con : 6 Dex : 8 For : 5
Int : 8 Per : 8 Pou : 7 Vol : 13

Présence : 55
RPhy : 60 RMal : 60 RPoi : 60
RMys : 60 RPsy : 80

Initiative : 85 Naturelle
Armure : Aucune

Talent psychique : 120
Projection Psychique : 160
Attaches : 3
PPP libres : 10
Disciplines & pouvoirs : Électromagnétisme — Percevoir l’électricité (+20), Créer de l’électricité, Contrôler l’électricité, Manipulation magnétique, Bouclier magnétique (+20), Lire les impulsions électriques, Arc électrique, Attaque d’accélération magnétique, Contrôler les impulsions électriques.

Avantages & désavantages : Accès à une discipline psychique, Préférence psychique, Viseur mental, Vulnérable à la douleur.

Taille : 10 Moyenne Régénération : 1
Mouvement : 7 (25 m/round) Fatigue : 6

Compétences Secondaires : Animaux 20, Athlétisme 35, Camouflage 40, Connaissance de la rue 25, Discrétion 60, Équitation 30, Estimation 30, Herboristerie 15, Histoire 45, Impassibilité 115, Intimidation 90, Médecine 40, Mémorisation 40, Observation 30, Occultisme 75, Persuasion 45, Pistage 15, Résistance à la douleur 40, Science 50, Tactiques 30.

Artefacts : bien qu’Eunice ne manie pas d’arme, son partenaire Chald lui fait souvent utiliser des artefacts pendant leurs missions, généralement pour piéger des ennemis dangereux.


Fichiers :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :