Il Bagatto

Le Destin Brisé

© Clovery

Aussi connu sous le nom du Magicien, le Bateleur est le premier des Arcanes.

Dans les rue d’Albino, la capitale du Remo, il y a un artiste, élégant mais sans le sou, qui fait des tours de passe-passe pour amuser les passants et gagner quelques piécettes. Il peut faire apparaître une pièce de monnaie dans le creux de votre oreille, ou bien vous tirer les cartes. Personne ne connaît son nom, mais les enfants des rues l’appellent « il bagatto », ce qui signifie « le magicien » dans un vieux dialecte. Mais dans un pays au bord de la misère, dans une ville surpeuplée de réfugiés, qui a le temps pour ce genre de distraction ? L’artiste accomplit des tours et sort des cartes de son chapeau, mais peu de passants lui accordent de l’attention.

Pourtant, personne ne se doute que ce prestidigitateur de rue, « Il Bagatto » comme on le surnomme, était jusqu’à il y a peu l’un des plus puissants magiciens de sa génération, capable d’accomplir des prodiges. Il pouvait invoquer des puissances qui défient l’imagination des hommes : les miracles et les calamités que les occultistes appellent « Arcanes », les titans légendaires qui furent baptisés « Aeons », et bien d’autres encore…

(suite…)

Fleur de Lotus (Lian Hua)

L’Ombre du Héros

© Tazio Bettin

À peine quelques jours après sa naissance, Tsao Lin Pei fut retirée à sa famille par des agents de l’Empereur Doré du Shivat. N’étant alors qu’un bébé, elle faisait partie des dix-sept enfants qui furent choisis par une faction du gouvernement pour devenir les « réincarnations » des héros légendaires de l’histoire du Shivat. Ces enfants étaient tous nés dans des familles connues pour avoir produit de grands maîtres d’arts martiaux ; la qualité de leur sang les destinait donc à devenir de grands combattants.

La petite fille fut présentée à un prêtre qui la scruta très attentivement. Après un examen minutieux, l’homme constata que l’enfant était naturellement curieux, qu’elle possédait un grain de beauté sur la cuisse gauche, qu’elle préférait le lait de chèvre au lait de vache et qu’elle ne pleurait pas quand on lui faisait prendre un bain. De plus, elle était née par une lune gibbeuse alors que la constellation Tenjin était particulièrement visible dans le ciel étoilé. Le prêtre déclara alors que cette fille ne pouvait être autre que la réincarnation du grand héros Liu Bao Pai, un célèbre maître d’arts martiaux qui combattit en première ligne lors de la première insurrection de l’Empire de la Lune contre le Lion d’Abel. Le nom de naissance de l’enfant fut aussitôt effacé et on lui en donna un nouveau : Lian Hua, ce qui signifie « Fleur de Lotus ».

Après cet examen, Fleur de Lotus fut confiée à des nourrices et elle fut allaitée avec du lait contenant de la poudre d’os de Liu Bao. Les agents du gouvernements pensaient que le breuvage lui conférerait les qualités du héros. Ils avaient pour projet de l’élever et de l’entraîner dès sa prime jeunesse pour qu’elle assume, une fois adulte, son titre d’héroïne. Elle devrait alors mener, au coté des autres enfants élus, les armées du Shivat dans une guerre d’indépendance contre l’Empire d’Abel.

(suite…)

Isolde

La Rescapée

© Tazio Bettin

Il existe au large du Gabriel, sur l’Île des Hirondelles, un pénitencier où sont enfermés de nombreux criminels et des prisonniers politiques. C’est un lieu particulièrement sinistre et on raconte qu’au fil des siècles, aucun détenu n’est jamais parvenu à s’évader. C’est d’ailleurs ce qui fait la fierté du directeur de l’établissement et des gardiens. Sauf que ce n’est pas tout à fait exact…

Quelques années plus tôt, une femme appelée Isolde fut arrêtée par les forces de l’ordre et jugée pour un crime particulièrement atroce et barbare. La justice fut expéditive et le tribunal la condamna à une peine de prison à perpétuité. C’est ainsi qu’elle fut envoyée sur l’Île des Hirondelles.

Isolde vécut un véritable cauchemar en prison : les gardiens n’étaient pas avares en sévices et mauvais traitements : coups de bâton, famine, confinement dans une cellule obscure et exiguë, tortures psychologiques, travaux forcés, etc. Tout était fait pour qu’Isolde meure à petit feu comme les autres prisonniers. Pourtant, malgré les tortures, l’épuisement et les cauchemars, elle survivait et tenait bon. Ce calvaire dura 6 ans.

Un matin, les gardiens constatèrent avec surprise qu’Isolde avait disparu de sa cellule. Ils fouillèrent l’intégralité de la prison et tabassèrent les autres détenus pour les faire parler. En vain : personne ne savait comment elle avait disparu. Le directeur de la prison fut furieux et ordonna de fouiller l’île entière pendant plusieurs jours. Mais les recherches furent toutes aussi vaines : Isolde s’était volatilisée. Finalement, il fut déclaré qu’elle avait manifestement quitté l’île à la nage (puisqu’il n’y avait eu aucun bateau à accoster l’île au moment de son évasion) et qu’en raison des forts courants marins, elle avait certainement trouvé la mort.

(suite…)